Avec
Jean-François CASABONNE
Stéphane JACQUES
Isabelle ROY

Scénographie
Geneviève LIZOTTE

Bande son
Francis ROSSIGNOL

Lumières
Alexandre PILON-GUAY

Costumes
Elen EWING

Crédit illustration - Corinne Bève

 

Partenaire
de production


Calendrier

Février

26 - 20 h
27 - 19 h
28 - 20 h

Mars

01 - 20 h
02 - 20 h

05 - 20 h
06 - 19 h + rencontre
07 - 20 h
08 - 20 h
09 - 16 h

12 - 20 h
13 - 19 h
14 - 20 h
15 - 20 h
16 - 20 h

19 - 20 h
20 - 19 h
21 - 20 h
22 - 20 h
23 - 20 h

Résumé

Dans la campagne écossaise profonde, trois personnages incrustés dans leur terroir: un laboureur, la femme du laboureur, un meunier. David Harrower écrit dans une langue qui semble émaner de la terre même, à la fois fascinante et primitive. Les paroles jaillissent comme autant de tiges de blé à peine germées, chargées de sucs vitaux. La femme du laboureur transporte le grain mûr de la ferme au moulin du village. Elle circule, tel un esprit en mouvement, entre les deux hommes: l’un qui sème et récolte, l’autre qui transforme. Elle porte de lourds sacs de grains, mais aussi sa soif immense de connaître, sa curiosité, sa féminité. Le meunier est seul à savoir lire et pouvoir mettre des mots sur du papier. Ces mots, ces simples lettres de l’abécédaire, ont pourtant la force d’un geyser. Un drame naît alors, un drame antique, magnifiquement amorcé par le désir de tenir la plume dans sa main. Comme pour nous rappeler qu’au début de tout bien et de tout mal, il y a la parole, le savoir, le désir de connaissance.

Né en 1966, à Édimbourg, David Harrower est l’auteur de Blackbird, présenté la saison dernière par La Veillée et qui a remporté le prix de la meilleure pièce au Scottish Theater Critics Awards, puis celui du Laurence Olivier Awards en 2007. « Je crée un langage différent pour chaque pièce. Un théâtre qui cherche à enfoncer les mots dans les choses “comme on pousse un couteau dans le ventre d’une poule “ [… ] Cette pièce m’a permis de trouver ma voix, de me libérer de notions que j’avais concernant la manière dont une pièce doit être écrite que j’entretenais depuis trop longtemps. »

Extraits de la critique

« Catherine Vidal […] précise et inventive, capable de mettre remarquablement en valeur le texte et ses dessous. […] Quant aux comédiens, ils sont tous les trois irréprochables. »  Revue Jeu

« Catherine Vidal a mis en scène avec force et poésie [Des couteaux dans les poules] […] un grand doigté dans le travail d’atmosphère… »  La Presse

« Vidal […] a saisi l’essence osseuse […] nombreuses images fortes et symboliques s’appuyant sur des éclairages enveloppants et une scénographie soignée. »  Voir

« Une proposition différente et unique […] Tout se marie à merveille. »  CIBL (à 50 min.)

« … les performances des acteurs sont solides […] le public a tout à gagner en s’abandonnant à cette poésie rude et saccadée. »  Montheatre.qc.ca

« … les comédiens […] se donnent la réplique avec intensité et justesse, dans une langue âpre et pénétrante… »  Bible urbaine

« The production stands on the excellence of its ensemble.»  The Charlebois Post